Zoothérapie : les bienfaits de la thérapie assistée par l’animal

PAR PHILIPPINE DE TINGUY

Si la zoothérapie gagne en popularité, ses bienfaits sur la santé physique et psychologique restent encore méconnus.
Pour en tirer tous les bénéfices, il faut d’abord mieux comprendre les champs d’intervention de la zoothérapie, que ce soit auprès d’enfants, d’adolescents, d’adultes ou d’aînés aux prises avec des troubles de santé mentale ou physique.
D’après Guylaine Normandeau, directrice de l’Institut de zoothérapie du Québec, la zoothérapie est un outil d’intervention complémentaire à la médecine traditionnelle qui a pour but de contribuer au bien-être d’une personne ou d’un groupe de personnes et qui peut parfois aider à réduire ou à supprimer la médication.


« L’animal permet à des intervenants qualifiés, comme des thérapeutes en réadaptation, d’entrer naturellement en contact avec les gens tout en faisant tomber des barrières. » – Guylaine Normandeau


Des animaux pour tisser des liens Les chiens, les chats, les oiseaux, les chevaux et les autres petits rongeurs deviennent donc des alliés de choix pour tisser des liens avec les autres. « Toutes les espèces sont utiles et peuvent nous donner des repères pour aider les gens, mais c’est à l’intervenant que revient le rôle le plus important », rappelle celle qui travaille dans le domaine depuis les années 1990.


En plus d’avoir la responsabilité d’élaborer un plan d’intervention adapté, le zoothérapeute doit en effet s’assurer de choisir un animal entraîné pour répondre aux besoins de sa clientèle. L’animal doit notamment être capable de gérer le stress et de s’adapter à un nouvel environnement.
Améliorer la qualité de vie La zoothérapie offre de nombreux bienfaits cognitifs, physiques et affectifs qui permettent d’améliorer et de maintenir la qualité de vie.


Les visites d’un animal peuvent par exemple grandement contribuer à briser l’isolement des aînés et des personnes ayant des troubles cognitifs légers en stimulant les interactions et en les motivant dans leurs activités quotidiennes. « Seuls, ils ne prendront pas forcément le temps de sortir marcher, alors que se promener avec un chien peut encourager les échanges verbaux en plus de favoriser l’exercice physique et la mobilité », confirme Mme Normandeau.


Les bénéfices sont également nombreux pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, puisque la zoothérapie va leur permettre de garder contact avec la réalité, mais aussi de replonger dans leurs souvenirs, « qui sont d’ailleurs bien souvent en lien avec un animal », précise la directrice de l’Institut de zoothérapie du Québec.


La zoothérapie apporte également beaucoup aux patients dépressifs. « La spontanéité des animaux apporte bonheur et bonne humeur, explique Mme Normandeau. Cela va provoquer les échanges avec l’animal, et donc favoriser des contacts positifs avec l’intervenant. »
Elle rappelle toutefois que s’occuper d’un compagnon à poils ou à plumes n’est pas à la portée de tous. Qu’il s’agisse de visites occasionnelles en résidence ou de visites régulières en contexte familial, il convient avant tout de trouver une formule adaptée à chacun. De nombreuses ressources existent dans la grande région de Montréal et ses environs pour répondre à vos besoins.


INSTITUT DE ZOOTHÉRAPIE DU QUÉBEC | 450 844 0972 WWW.INSTITUTDEZOOTHERAPIE.QC.CA
ZOOTHÉRAPIE QUÉBEC | 514 279 4747 WWW.ZOOTHERAPIEQUEBEC.CA
CORPORATION DES ZOOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC | 438 872 2749 WWW.CORPOZOOTHERAPEUTE.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *