Les 10 fraudes en ligne les plus communes

Personne ne s’en étonnera, l’achat en ligne est en forte croissance. On a estimé que, en 2018, au Québec, il s’est acheté pour 10,5 G$ de biens et services via Internet. Il s’agit d’une progression de 27 % par rapport à 2017. Malheureusement, les fraudes sur le Web progressent elles aussi. Elles arrivent d’ailleurs en tête de liste au répertoire des divers types de fraudes.
Ces fraudes auraient coûté quelque 100 millions de dollars aux Canadiens en 2017, mais ce montant ne serait que la pointe de l’iceberg car les victimes sont généralement réticentes à porter plainte, honteuses de s’être fait avoir.


On ne répétera jamais assez à quel point il faut être vigilant, et particulièrement à l’approche des Fêtes alors que ces criminels deviennent encore plus actifs sachant qu’il s’agit d’une grande période de magasinage. On estime incidemment que les Québécois dépenseront près de 2,5 G$ durant cette période; une prévision qui émoustille au plus haut point les gens mal intentionnés.
Voici quelles ont été les fraudes les plus communes commises sur Internet au Canada en 2017, selon le Bureau d’éthique commerciale (Better Business Bureau), ainsi qu’une estimation des pertes.
• Hameçonnage (plus de 20 M$) • Rencontres amoureuses en ligne (plus de 19 M$) • Achats en ligne (plus de 13 M$) (faux sites Web, contrefaçons, essais gratuits piégés) • Offres d’emploi (plus de 5 M$) • Avis frauduleux concernant l’impôt (plus de 5M$) • Des faux entrepreneurs (plus de 3 M$) • Fraudes et cryptomonnaie (plus de 1,7 M$) • Prêts accordés moyennant dépôt de garantie (1,5 M$) • Fausses factures (montants inconnus) • Produits miracles pour perte de poids (montants inconnus)
SourceS : cefrio.qc.ca/fr/enqueteS-et-donneeS/netendanceS2018 laperSonnelle.com | BBB’S canadian national top 10 ScamS 2017 (www.BBB.org )

Magasiner en lIgne de façon sécuritaire:

On aimerait bien pouvoir affirmer que l’Internet est sécuritaire à 100 %, mais si les pirates réussissent à pénétrer les systèmes de grandes institutions, on voit mal comment ils auraient de la difficulté à le faire chez vous. Alors, pour ce qui est d’être blindé à 100 %, faudrait repasser.
Cela dit, il ne faut pas conclure pour autant que l’achat en ligne est à éviter. Avec quelques précautions et de la vigilance, l’outil peut être convenablement sécuritaire. Voici quelques conseils :
De faux rabais Un frigo neuf à 100 $, c’est trop beau pour être vrai. Alors, n’allez pas plus loin. Le rabais extraordinaire est en réalité un hameçon « pour pêcher » des informations confidentielles. Jetez ce courriel.
Sources sûres Dans vos achats en ligne, limitez-vous à des sites connus et de bonne réputation.L’URL doit commencer par « https », le « S »signifiant «sécurisé». Remarquez aussi s’il y a un cadenas fermé à côté de l’URL. Dans l’affirmative, il s’agit d’un autre indice de sécurité.
Drôles de questions En achetant sur Internet, vous aurez à donner des informations. Tenez-vous en au strict nécessaire. Par exemple, vous n’avez pas à donner votre numéro d’assurance sociale ni votre liste de contacts.
Attention au Wi-Fi Si vous êtes dans un lieu public, il y a de fortes chances que le réseau Wi-Fi ne soit pas sécurisé. Alors, si vous donnez des informations confidentielles via ce réseau, vous risquez de vous en mordre les pouces car ces réseaux peuvent être facilement piratés.
Un crédit limité Un bon moyen de parer les efforts d’un fraudeur est de payer avec une carte dont la limite de crédit est très basse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *