Bruno Pelletier sous influences

PAR STéPHANE BERGERON

Pour son troisième opus symphonique, Bruno Pelletier y va d’un coup de chapeau à des artistes d’ici.
Lancé le 13 septembre, le 14e album de Bruno Pelletier rend hommage à quelques-uns des artistes québécois qui l’ont inspiré au point d’influencer son parcours artistique des 35 dernières années.
«Je voulais donner un coup de chapeau à des artistes d’une génération précédente à la mienne qui ont été importants pour moi», mentionne l’auteur-compositeur-interprète aujourd’hui âgé de 57 ans.
En amont de ce projet de disque compact qu’il a réalisé conjointement avec l’équipe de production TwentyNine et l’Orchestre symphonique de Longueuil, le premier défi fut de trier sur le volet 14 de ces chanteurs et chanteuses. «On aurait pu faire trois albums», reconnaît le principal intéressé qui a donné préséance à ceux et celles dont il n’avait encore jamais chanté ni endisqué les chansons. C’est ainsi que Claude Léveillée, Félix Leclerc et bien d’autres ont été laissés de côté.
Les élus: Jean-Pierre Ferland, Georges Thurston (Boule Noire), Diane Dufresne, Pauline Julien, Gerry Boulet, Harmonium, Sylvain Lelièvre, Patrick Normand, Gilles Vigneault, Michel Pagliaro, Pierre Flynn, Richard Séguin, Claude Dubois et Daniel Lavoie.
Revisités Les 14 titres de l’album intitulé “Sous influences” ont tous été réorchestrés sous l’habile direction des arrangeurs et réalisateurs Julie Lamontagne et Tony Albino, dont la relecture fait de cette galette numérique une création fort originale sur le plan des arrangements musicaux, insiste Bruno Pelletier.


Il salue d’ailleurs le talent du tandem qui a insufflé «une nouvelle vie» à ces chansons québécoises qui lui parlent. «Ça sonne très moderne», affirme celui qui avait déjà à son actif deux albums symphoniques, à savoir “Concerts de Noël”(2003) et “Musique et Cinéma”(2014) enregistrés respectivement avec les Orchestres symphoniques de Montréal et de Prague sous la houlette des réputés chefs Simon Leclerc et Guy St-Onge.
En 2020, son nouvel album le mènera en tournée avec une vingtaine d’instrumentistes de l’Orchestre symphonique de Longueuil et son chef Marc David avec lesquels il collabore depuis des années.
Carrière prolifique Happé très jeune par la musique, Bruno Pelletier a vu sa carrière prendre son véritable envol en 1997 avec la sortie de l’album “Miserere” vendu à plus de 250 000 exemplaires, qui lui a valu trois Félix, dont celui de l’interprète masculin de l’année à l’âge de 36 ans.
S’ensuit, l’année suivante, l’incontournable comédie musicale «Notre-Dame de Paris» où il se glisse dans la peau du poète Gringoire et interprète, entre autres, le mégasuccès Le Temps des cathédrales qui le propulse à travers la francophonie.
Les chansons Miserere, Aime et La Manic figurent également parmi «les belles clés» qui lui ont permis «d’entrer dans le cœur des gens», reconnaît celui qui se fait encore beaucoup parler de Johnny Rockfort, personnage qu’il campait début trentaine dans l’opéra-rock «Starmania», et du rôle-titre du spectacle musical «Dracula, entre l’amour et la mort», dont il était directeur artistique et coproducteur en 2006.
Avec une vingtaine de prix et distinctions et plus de deux millions d’albums vendus en carrière, Bruno Pelletier demeure sans conteste l’un des artistes les plus marquants de sa génération.


CONCERTSPOPULAIRESDEMONTREAL.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *