Des ressources pour prévenir la maltraitance envers les aînés

Vous soupçonnez qu’un de vos proches âgés est victime de maltraitance? Vous-mêmes, en tant qu’aîné, avez des doutes sur les comportements d’une personne à votre égard? Sachez qu’il existe des ressources pour vous aider à y voir clair et à éviter des situations potentiellement dramatiques.
Si le phénomène n’est pas nouveau, la maltraitance envers les aînés attire de plus en plus l’attention et est devenue un enjeu de société, au point où le gouvernement québécois a adopté en 2010 une loi et un plan d’action pour la combattre.
C’est particulièrement vrai pour les sévices financiers, qu’ils soient l’œuvre de fraudeurs bien organisés ou de proches de la victime. Pensons aussi bien sûr à la maltraitance psychologique, physique ou même sexuelle.


De l’aide au téléphone
L’une des principales mesures découlant du plan gouverne mental a été la mise en place de la ligne téléphonique d’écoute et de référence Aide Abus Aînés (LAAA). En huit ans, ce service a traité plus de 30 000 appels de la population.
Écoute active, évaluation psychosociale sommaire, référence vers les ressources et les recours possibles, intervention de crise et, au besoin, suivi téléphonique y sont offerts aux aînés, à leurs proches, ainsi qu’à toute autre personne préoccupée par une telle situation de maltraitance. Plus du
tiers des appels qui y sont logés concerne des cas de mal traitance financière et matérielle, un phénomène en crois sance qui touche particulièrement les femmes. Cela dit, selon l’Institut national de santé publique, plus de 57 % des victimes des 2 721 infractions déclarées à la police en 2016 étaient des hommes. Constat significatif : 18,7 % de ces derniers avaient été abusés par un membre de leur famille alors que, du côté des femmes, cette proportion grimpait à 31,5 %! On estime que de 4 % à 7 % des aînés canadiens vivant à domicile sont susceptibles de vivre de la maltraitance.

L’âge des victimes n’est pas toujours un élément déterminant : on peut être déjà très vulnérable à 65 ans et tout à fait allumé à 85 ans.
La meilleure protection? La prévention Un des meilleurs moyens de lutter contre la maltraitance envers les aînés consiste… à la prévenir! Il faut savoir s’entourer de personnes de confiance et ne pas hésiter à questionner les situations qui soulèvent des doutes. Mais on peut aussi s’en prémunir par la formation et l’éducation. À cet égard, le Réseau FADOQ propose depuis 2010 Aîné-Avisé, un programme de sensibilisation à la fraude, la maltraitance et l’intimidation envers les personnes aînées.


Ces séances d’information gratuites, d’une durée de 60 minutes, comportent la présentation de vidéos et favorisent les échanges entre participants. Elles permettent à la fois de définir les problématiques de maltraitance et de donner des conseils de prévention. Depuis novembre 2018, Aîné-Avisé s’est en outre doté d’un nouveau site Internet (aineavise.ca) où vous trouverez les détails du programme, mais aussi des conseils, des ressources et des témoignages.

QuelQues ressourCes • Ligne aide abus aînés : 1 888 489-2287; aideabusaines.ca • Programme aîné-avisé : 1 800 544-9058; aineavise.ca • Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CavaC) : 1 866 532-2822; cavaq.qc.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement